Des idées reçues sur l'imprimerie ?​

“Imprimer, ça n’a rien d’écologique !”

66,3 % de la matière première utilisée par l’industrie papetière française est aujourd’hui issue des Papiers et Cartons à Recycler. Ce taux important fait de l’industrie papetière la première industrie de recyclage en France !
Grâce au recyclage, l’industrie du papier-carton contribue à une meilleure gestion des déchets, et donc au respect de l’environnement.

Source : www.lepapier.fr

“Le papier est responsable de la déforestation !”

Le bois est un matériau naturel et renouvelable. Plus la forêt sera entretenue, plus la forêt sera belle et développée ! La superficie de la forêt française s’accroit depuis plus d’un siècle. Le papier, provient d’une pâte élaborée majoritairement via les éclaircies en forêt et le bois d’élagage (72 %) ainsi que les plaquettes et chutes de scierie (28 %). De plus, le papier est de plus en plus recyclé et/ou certifié : FSC et PEFC. Au final, en France, en moyenne, 40 % du papier utilisé est constitué de fibres neuves et 60 % de fibres recyclées.

Source : www.lepapier.fr

“Un livre papier pollue plus qu’une liseuse numérique !”

Contrairement aux idées reçues, livre papier et livre numérique ne s’affrontent pas dans un duel qui se terminera par la mise à mort de l’un des deux. Mais il faut tout de même savoir que d’après une étude Ifop réalisée en 2016, il faut quatre ans pour les gros lecteurs, et soixante pour les lecteurs occasionnels, pour amortir l’impact environnemental d’une liseuse électronique. Or, il est bien rare que les utilisateurs gardent ce genre de support plus de deux ou trois ans. Pour la plupart des lecteurs, le livre papier reste donc plus écolo que les liseuses.

Source : www.notre-planete.info

“L’industrie papetière française augmente l'effet de serre !”

L’industrie papetière française contribue à la réduction de l’effet de serre en favorisant la fixation du carbone dans les forêts parce qu’elle utilise du bois d’éclaircie qui contribue à leur croissance et en séquestrant le carbone dans ses produits papiers et cartons dont les fibres sont issues du bois. Le recyclage permet de conserver ce carbone. Sur le long terme, l’industrie papetière apporte une contribution nette positive à la réduction de l’effet de serre, après prise en compte des émissions de gaz à effet de serre liées aux procédés industriels.

Source : www.lepapier.fr

“Les produits utilisés dans l’imprimerie polluent car ils sont toxiques !”

On parle d’encres offset végétales lorsque les encres ne contiennent pas d’huiles minérales comme diluants, mais uniquement des huiles végétales (huile de bois de Chine, huile de soja, huile de lin…). Les huiles végétales et les résines représentent 40 à 80 % de la composition des encres. Le reste est composé de pigments (entre 15 et 25 %), d’additifs (entre 0 et 3 %) et de siccatifs (2 à 4 %). Les pigments et la majorité des additifs ne sont pas issus de ressources renouvelables. Les pigments sont des produits de synthèses néanmoins biodégradables.

Source : https://communication-responsable.ademe.fr